Médiation par les pairs

LA MÉDIATION PAR LES PAIRS EST UN DISPOSITIF QUI S’INSCRIT DANS UN PROJET VISANT UN MIEUX VIVRE ENSEMBLE À L’ÉCOLE.

Céma­for, ser­vice de média­tion fami­liale et pénale fami­liale, orga­nisme de for­ma­tion agrée pro­pose de for­mer les équipes édu­ca­tives et des élèves à la média­tion par les pairs. 

Buts

La média­tion est un mode alter­na­tif à la ges­tion des conflits. Elle met à dis­po­si­tion des élèves en conflit, à tra­vers un espace et une écoute par des élèves for­més à la média­tion, le moyen de trans­for­mer une rela­tion conflic­tuelle en une rela­tion satis­fai­sante pour cha­cun. Elle per­met de pré­ve­nir les situa­tions où des conflits non réglés s’installent et dégé­nèrent. Le cli­mat sco­laire dépend de nom­breux fac­teurs(1), la mise en place de la média­tion par les pairs par­ti­cipe à la mise en place d’un cli­mat sco­laire serein. 

Déroulement

Deux temps de for­ma­tions :

• Le temps de for­ma­tion en direc­tion des adultes (ensei­gnants, CPE, assis­tant sco­laire…), a pour objec­tif d’apporter aux adultes réfé­rents dans ce dis­po­si­tif, la com­pré­hen­sion des prin­cipes fon­da­men­taux sur les­quels repose l’efficience de la média­tion par les pairs, des outils pour accom­pa­gner les élèves média­teurs dans leur rôle et un accom­pa­gne­ment dans la mise en place du pro­jet au sein de l’établissement. For­més avant les élèves, ils sont ainsi à même de mettre en place l’information pour consti­tuer l’équipe d’élèves média­teurs et de par­ti­ci­per à la for­ma­tion des élèves. 

• Le temps de for­ma­tion auprès des élèves a pour objec­tif de leur faire s’approprier les prin­cipes fon­da­men­taux d’une média­tion, leur don­ner les outils pour pou­voir en mener une avec ce que cela implique de mise en place du cadre et des règles qui lui sont propres. Les élèves média­teurs n’ont pas voca­tion à secon­der la vie sco­laire mais à être des tiers à même d’écouter des dif­fé­rends entre élèves et à accom­pa­gner en tant que pair la recherche de solu­tion co-construite. 

À la fin de la for­ma­tion des élèves, un temps de ren­contre entre adultes réfé­rents et élèves média­teurs per­met la mise en place concrète de l’instance de média­tion par les pairs dans l’établissement.

Intervenante

Céline Anta­ra­kis, licen­ciée en sciences de l’éducation, a tra­vaillé dans le social et l’éducatif avec des ado­les­cents en voie de désco­la­ri­sa­tion et des adultes en dif­fi­cul­tés sani­taires et sociales. Aujourd’hui média­trice fami­liale diplô­mée d’État, res­pon­sable de l’association Céma­for, Céline Anta­ra­kis, inter­vient sur la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle des média­teurs fami­liaux, et forme des per­son­nels issus des sec­teurs de la santé, du social, de l’éducatif et de l’enseignement à la ges­tion coopé­ra­tive des conflits et à la média­tion. Céline Anta­ra­kis s’est for­mée à la for­ma­tion d’enseignants et d’élèves média­teurs auprès de Marianne Sou­quet (2).


1- Éric Debar­bieux, direc­teur de l’Observatoire inter­na­tio­nal de la vio­lence à l’école depuis 2004, a publié entre autres, «La vio­lence en milieu sco­laire : état des lieux» (1996) et «Vio­lence à l’école : un défi mon­dial ? », Paris, Armand Colin, 2006, 316 pages. 

2- Marianne Sou­quet, médiatrice fami­liale et for­ma­trice, a écrit « La médiation par les pairs », dans « Les médiations, la médiation », ouvrage col­lec­tif, éditions ÉRES, col­lec­tion Tra­jets, 2003.

Objectifs

• Per­mettre aux élèves en conflit de pou­voir s’en par­ler dans une écoute res­pec­tueuse de cha­cun.

• Per­mettre aux élèves en conflit d’ajuster leur com­mu­ni­ca­tion et leur rela­tion.

• Déve­lop­per les com­pé­tences affec­tives et sociales des élèves média­teurs et des « médiés ». 

La média­tion par les pairs n’a pas voca­tion à éli­mi­ner le conflit inhé­rent à la construc­tion iden­ti­taire et sociale de cha­cun et des enfants/adolescents en par­ti­cu­lier, mais à pro­po­ser aux élèves un moyen de les résoudre par la co-construction. 

Évaluation

• Éva­lua­tion diag­nos­tique sur la fai­sa­bi­lité du pro­jet :

- nombre de por­teurs du pro­jet ;

- cli­mat de l’établissement vu par la com­mu­nauté édu­ca­tive.

• Éva­lua­tion for­ma­tive ou inter­mé­diaire :

- béné­fices de la for­ma­tion pour les ensei­gnants et les élèves, à titre indi­vi­duel, et au ser­vice du pro­jet ;

- cli­mat de l’établissement vu par les élèves au démar­rage du pro­jet ;

- mise en œuvre et suivi du pro­jet par les élèves et les adultes réfé­rents.

• Éva­lua­tion bilan :

- effec­ti­vité de l’utilisation de la média­tion par les élèves ; 

- béné­fices vus par les élèves « médiés », le per­son­nel de l’établissement, les élèves média­teurs et les adultes réfé­rents.

- cli­mat de l’établissement vu par les élèves et la com­mu­nauté édu­ca­tive après un an de fonc­tion­ne­ment de l’instance de média­tion par les pairs. 

Les commentaires sont fermés.