Cémafor… en savoir plus.

L’association

L’association Céma­for, créée en 2006, a pour objet de déve­lop­per la média­tion sous toutes ses formes (fami­liale, sco­laire, sociale, ins­ti­tu­tion­nelle), et d’être une asso­cia­tion sup­port au sou­tien à la paren­ta­lité (action d’accompagnement des parents et for­ma­tion des acteurs pro­fes­sion­nels et béné­voles asso­cia­tifs).

L’association est coor­don­née depuis 2009 par Céline Anta­ra­kis, sous la res­pon­sa­bi­lité des membres du bureau de l’association.

Céma­for, à ce jour, a plus par­ti­cu­liè­re­ment déve­loppé la média­tion fami­liale dans sa diver­sité : diver­sité des liens fami­liaux (parents sépa­rés, média­tion fami­liale inter­gé­né­ra­tion­nelle…), et diver­sité des cadres (conven­tion­nels et ins­ti­tu­tion­nels).

Les média­teurs fami­liaux diplô­més d’État suivent le code de déon­to­lo­gie et les prin­cipes éthiques de l’APMF. Ils béné­fi­cient d’une ana­lyse de la pra­tique ou d’une super­vi­sion.

L’association conti­nue ses actions de pro­mo­tion de la média­tion fami­liale, de recherche et de for­ma­tion en direc­tion des pro­fes­sion­nels (sociaux-éducatifs et média­teurs fami­liaux).

Les valeurs et principes que nous portons :

L’autonomie enten­due comme la capa­cité à ajus­ter sa place dans la rela­tion à l’autre.

La res­pon­sa­bi­lité enten­due comme la recon­nais­sance des com­pé­tences de cha­cun à défendre ses droits et à assu­mer ses devoirs. 

L’altérité enten­due comme la néces­sité de recon­naître l’Autre dans ce qu’il est, d’y recon­naître ce que « Je suis » et ce que « Je ne suis pas ». 

La liberté et l’égalité enten­dues comme le droit de cha­cun à se défendre contre toute forme d’oppression morale et/ou phy­sique.

Les activités de l’association :

  • La média­tion fami­liale conven­tion­nelle et civile judi­ciaire ordon­née
  • La média­tion pénale fami­liale, sur réqui­si­tion du par­quet d’Alès, suite à une plainte pour non-paiement de pen­sion ali­men­taire et/ou non-représentation d’enfant ;
  • La for­ma­tion pro­fes­sion­nelle conti­nue (Média­tion géné­ra­liste, média­tion fami­liale, ges­tion coopé­ra­tive des conflits…) ;
  • La for­ma­tion comme pres­ta­taire de ser­vice pour d’autres orga­nismes sur le DEMF (Diplôme d’État de Média­teur fami­lial) ;
  • For­ma­tion des ensei­gnants et per­son­nels édu­ca­tifs à la média­tion par les pairs ;
  • Ate­liers en direc­tion des col­lé­giens et élèves pri­maires sur la ges­tion coopé­ra­tive des conflits et le déve­lop­pe­ment des com­pé­tences sociales et affec­tives ;
  • La régu­la­tion d’équipe, l’animation de com­mis­sions.…
  • Tra­vail en réseau sur les ques­tions de la famille, du conflit, de la paren­ta­lité (pro­jet, recherche-action…) ;
  • La pro­mo­tion de la média­tion fami­liale .

«Une culture de la médiation ne nie pas les vertus du conflit, elle en sélectionne les usages.» 

Jacques Faget, La médiation, essai de politique pénale, Erès,1997.

Les commentaires sont fermés.